"Ces états généraux doivent être un moment de vérité où nous devons nous parler franchement"

14/2/2019

"Nous devons tirer les leçons du développement du monde entre les villes et les campagnes, entre la capitale et l’intérieur (…). Certains sont favorisés par le développement et d’autres sont exclus. Nous devons éviter de se retrouver dans cette situation. Ce qui est extrêmement important, que le jeune guinéen où qu’il se trouve, doit se sentir Guinéen ayant les mêmes avantages que celui qui est à Conakry. C’est pourquoi d’ailleurs, nous avons convoqué à cette réunion de l’ensemble des gouverneurs, des préfets, sous-préfets et élus locaux. Parce que tu ne peux pas être à Conakry et savoir exactement comment vivent les populations locales"

"Nous remarquons très souvent que nos représentants dans les régions, les préfectures et sous-préfectures ne sont pas auprès des populations. Après ma tournée, j’ai constaté qu’il y avait des localités qui n’ont pas encore vu leurs autorités locales (Préfets et sous-préfets). C’est une des tares de notre administration, le fait que les dirigeants sont coupés de la base"

"J’espère que les nouveaux élus éviteront cette tare. Ces états généraux doivent être un moment de vérité où nous devons nous parler franchement pour savoir quels sont nos manquements face aux populations. Cela est fondamental. Sinon les états généraux ne serviraient à rien. Il s’agit de voir de quelle maladie nous souffrons et comment la guérir"

"Sous la première république tout était clair, la terre appartenait à l’Etat. Mais aujourd’hui, nous sommes dans une situation totalement difficile, on ne sait plus à qui appartient la terre. Donc, il est extrêmement nécessaire que nous ayons une reforme foncière. Comment voulez-vous que les gens viennent investir, quant ils auront finis de tout préparer que quelqu’un se lève pour dire non, ce terrain appartient à mon grand père. Messieurs les préfets, aucun préfet n’a la pouvoir de donner un bail à plus forte raison de donner un terrain. Mais qu’est-ce que nous avons constaté ? Il y a certains préfets qui ont vendu des terrains appartenant à l’Etat, ce qui est contraire à nos lois. Nous sommes en train de mener des enquêtes. Tout terrain vendu ou baillé de façon illégale sera récupéré par le gouvernement et nous n’indemniserons en aucun cas les terrains vendus illégalement. Par contre, si le terrain est vendu illégalement mais incluant la responsabilité de l’Etat parce que ça été fait par un fonctionnaire du Ministère de la Ville, nous indemniserons, mais nous sanctionnerons le responsable. Donc, nous prévenons les préfets et les maires. Il n’est pas question que vous vendez les terres de l’Etat. Nous allons faire un régime foncier clair parce qu’aujourd’hui, les gens se battent pour être maires en pensant qu’ils vont vendre les terrains de l’Etat et s’enrichir. Non et je vous préviens. Quiconque vendra un terrain sera poursuivi, vous n’êtes pas là pour vendre les biens du pays. Un citoyen peut vendre un terrain qui l’appartient, mais les terres d’une commune n’appartient pas au maire ni au président d’une CRD. Donc, nous allons veiller de façon stricte sur cette situation. Aucun préfet, aucun maire n’est autorisé à vendre ou à bailler un terrain désormais. Celui qui le fera sera poursuivi sans aucun état d’âme…" Alpha Condé président de la république, chef de l'état

AJOUTER UN COMMENTAIRE

Votre message a été envoyé.
Nous vous recontacterons très rapidement.
Menu

Contact Us

Votre message a été envoyé!
Merci pour votre intéręt.