Cadre de concertation pour la qualification du pèlerinage islamique en Guinée

20/3/2019

Suite aux différents constats et leçons tirés de l’organisation du Hadj ces dernières années, notamment celui de 2018, que plusieurs acteurs impliqués dans le domaine du Hadj, ont souhaité l’organisation d’un cadre de concertation pour discuter des causes et proposer des solutions aux insuffisances récurrentes en vue d’une qualification rapide du pèlerinage islamique pour les Guinéens.

L’objectif général des journées nationales sur le Hadj qui se tient sur deux jours, va permettre d’une part, d’améliorer les opérations et prestations liées au pèlerinage des fidèles guinéens au lieu saint de l’islam. Et d’autre part, de présenter le processus de l’organisation du Hadj en Guinée, partager les expériences et certains vécus des pèlerins, rappeler les rôles du secrétariat général des affaires religieuses, des agences privées, de la Commission Nationale d’appui à l’organisation du Hadj, identifier les difficultés et contraintes à la promotion d’une bonne organisation du Hadj, faire des recommandations appropriées tenant compte de l’évolution des contextes guinéens et saoudiens et pour finir proposés un chronogramme et calendrier de mise en œuvre des mesures retenues pour le Hadj 2019 et les Hadj à venir.

Pour le Président de la République, chaque acteur doit absolument évoquer les difficultés liées aux pèlerinages afin de changer la situation et trouver des moyens efficaces pour le bon déroulement du processus pour les pèlerins guinéens dans l'avenir. Selon le Chef de l'État Alpha Condé, les pèlerins guinéens ne sont pas traités convenablement par rapport aux pays de la sous-région. Cela est dû en premier lieu à une mauvaise gestion interne au sein du gouvernement, mais également à la non-évaluation des différentes agences de voyages concernant le Hadj en République de Guinée précise-t-il. Poursuivant, le Président de la République a mentionné que le gouvernement Guinéen et le Royaume d'Arabie Saoudite ont trouvé un accord pour éviter le déplacement des futurs pèlerins vers Conakry pour les différentes démarches. Il s'agit pour un premier temps de permettre à chaque pèlerin de pouvoir s'enregistrer auprès des régions administratives par l'installation des centres de pèlerinage des 7 régions.

Pour finir, le Chef de l'Etat a rappelé que toutes les mesures nécessaires seront prises pour éviter les troubles et les insertions irrégulières de certains pèlerins conclut-il. Il faut préciser que le gouvernement envisage d'ici l'année prochaine, de permettre à tous les candidats de pouvoir se faire enregistrer et recevoir ces documents dans les préfectures sans pour autant se déplacer dans les régions administratives.

La Cellule de Communication du Gouvernement

AJOUTER UN COMMENTAIRE

Votre message a été envoyé.
Nous vous recontacterons très rapidement.
Menu

Contact Us

Votre message a été envoyé!
Merci pour votre intéręt.